L'identité, une fable philosophique par Ali Benmakhlouf

L'identité, une fable philosophique

Titre de livre: L'identité, une fable philosophique

Éditeur: Presses Universitaires de France

Auteur: Ali Benmakhlouf


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: L'identité, une fable philosophique.pdf - 25,330 KB/Sec

Mirror [#1]: L'identité, une fable philosophique.pdf - 27,495 KB/Sec

Mirror [#2]: L'identité, une fable philosophique.pdf - 40,805 KB/Sec

Ali Benmakhlouf avec L'identité, une fable philosophique

Livres connexes

Ce livre prend appui sur les analyses logiques et ludiques de Lewis Carroll pour souligner le caractère fictif et labyrinthique de l’identité. Contre le sophisme du particularisme culturel, ce livre place l’identité dans une réflexion sur la frontière, en abandonnant les crampes mentales que donne la notion d’appartenance unique. Comment mettre en avant les observations et les expériences plutôt que les convictions et les jugements expéditifs ? Cette question, mise en évidence par des philosophes empiristes comme David Hume ou des logiciens comme Bertrand Russell, sert de pivot pour substituer au débat idéologique contemporain sur l’identité, les constructions fictives des philosophes, des constructions rationnelles qui prennent le relais des anciennes épopées pour penser le mien bien plus que le moi.
L’identité comme fable philosophique repose sur le réseau sémantique des emprunts et des métamorphoses. C’est une notion qui nous permet de refaire le lien avec la puissance onirique d’un personnage comme Alice dans Les aventures d’Alice au pays des merveilles. L’enseignement des songes d’une part, les exigences du droit d’autre part sont un antidote aux crispations identitaires.
L’exemple de la culture arabo-musulmane sert de mise à l’épreuve des thèses présentées ici. Cette culture, loin d’être enfermée dans une spécificité, est par bien des aspects – pensons à Averroès – le fonds anonyme de la culture européenne de la Renaissance du XVIe siècle et de celle des Lumières du XVIIIe siècle. Comparer sans égaler les productions culturelles est une activité qui aide à comprendre comment s’inscrivent dans la vulnérabilité des corps l’exil, l’accent, la voix : autant d’expressions flottantes de l’identité.